Mon parcours personnel en tant que cavalière, monitrice et préparatrice mentale :

 

> J'ai commencé l'équitation à 4 ans et pratiqué pendant de très nombreuses années dans un centre équestre qui n'utilisant que des mors simples et le gogue comme enrênement, j'ai donc appris à monter et dresser les chevaux dans la simplicité. Grâce à de nombreuses années en concours, et plusieurs participations en Championnat de France CSO et CCE poneys et clubs, j'ai acquis une bonne expérience des terrains de concours.

 

> C'est lors de mon entrée au lycée en section sportive équitation, puis en BPJEPS que j'ai découvert le travail du cheval avec des enrênements et des mors plus contraignants. Cette expérience m'a confortée dans ma recherche d'une équitation plus simple, plus sereine et dans laquelle le cheval participe pleinement.

 

> Je me suis alors tournée vers l'éthologie. J'y ai appris beaucoup de chose mais je n'avais pas encore la pleine coopération volontaire de ma jument.

 

> C'est à ce moment que j'ai commencé à aller faire des stages chez Jean-François Pignon et que j'y ai trouvé les réponses pour obtenir avec bienveillance cette coopération entière et franche du cheval.

 

> J'ai alors cherché une technique équestre qui me permettrait de rester dans cet esprit de volontarisme participatif pour me perfectionner dans l'éducation et la rééducation des chevaux montés. C'est dans l'école de la légèreté de Philippe Karl que j'ai trouvé mon bonheur. Une équitation qui permet dès le débourrage de préparer la haute école en posant des bases claires et dans le sens naturel du cheval. Cette méthode permet aussi d'apprendre ou de réapprendre aux chevaux la communication par le mors et par des actions simples du cavaliers. Les enrênements, les mors durs, les éperons et les muserolles deviennent alors inutiles. Les chevaux ainsi éduqués fonctionnent aussi bien en dressage, sur l'obstacle, le cross ou l'extérieur. C'est un gage de sécurité que d'avoir une bonne communication et compréhension avec son cheval dans des moments délicats. 

 

> Que ce soit dans l'approche de Jean-François Pignon ou dans l'équitation de Philippe Karl, la manière d'être du cavalier est au cœur des préoccupations pour préserver la qualité de relation avec le cheval. C'est alors que je me suis tournée vers la préparation mentale du cavalier pour pouvoir enseigner cette capacité à maîtriser ses actions dans la conscience de soi et de la situation. Cette qualité de maîtrise est indispensable pour développer une bonne communication avec son cheval.

 

> Grâce à ce mélange de cultures équestres, j'ai pu former une équipe de cavaliers et chevaux novices en concours, n'ayant jamais fait de CCE ni d'éthologie, jusqu'au niveau Championnat de France CCE club 2 et Equifeel club 1, avec à la clé plusieurs classements au Championnat dès la première année. Le tout en 2 ans et demi de travail de club.

 

> Je suis heureuse de pouvoir partager ma passion qui est bien plus qu'un métier pour moi, c'est une manière d'ETRE qui contribue à l'épanouissement des cavaliers et des chevaux dans l'accomplissement de leurs objectifs.

© 2018 Equifine